Accueil > Articles et dossiers > Travailler avec les enfants
Travailler avec les enfants

Orientation scolaire et professionnelle : Travailler avec les enfants

Travailler avec les enfants... Découvrez l'ensemble des possibilités et comment y parvenir.
512419 lectures

Puéricultrice


Le saviez-vous ? On rencontre quelques puériculteurs dans cette profession exercée par une vaste majorité de femmes.

La moitié des puéricultrices travaille en milieu hospitalier (dans les services de maternité, de pédiatrie, de néonatalogie), un tiers d'entre elles exerce dans les centres de protection maternelle et infantile (P.M.I.), les autres ont investi les structures d'accueil de la petite enfance (crèches, halte-garderies)...

En maternité, elle collabore avec la sage-femme : premier examen, premiers soins, donne des conseils aux parents quant à l'hygiène, l'allaitement, le développement physique et affectif du nourrisson. Si besoin, elle a recours au pédiatre. Dans un service de pédiatrie, elle assure à la fois les soins infirmiers aux enfants malades et l'aspect relationnel avec les familles. En P.M.I., elle assume des fonctions de prévention (dépistage), d'information, d'aide et de protection. Elle organise des consultations, rend visite à des enfants signalés par l'hôpital, le service de l'aide sociale à l'enfance, participe aussi à la formation des assistantes maternelles. Elle peut aussi diriger une crèche, une halte-garderie où elle remplit des fonctions d'animatrice, de coordonnatrice, de gestionnaire, d'encadrement auprès des auxiliaires de puériculture, des éducateurs de jeunes enfants, d'assistantes maternelles. Elle monte un projet éducatif, essaie d'y associer les parents.

Infirmière spécialisée, elle sait les gestes à effectuer en cas d'urgence. Toutefois, cinq ans d'expérience sont requis pour accéder à un poste de directrice dans une structure d'accueil. Patience, disponibilité, dynamisme, vigilance, sens des responsabilités, telles sont les qualités dont doit faire preuve la puéricultrice.

Formation
Le diplôme d'État de puéricultrice se prépare en un an, dans des écoles agréées par le secrétariat d'État à la Santé ; admission sur concours d'entrée. Mais, auparavant, il faut être titulaire du D.E. d'infirmier ou du D.E. de sage-femme. Le concours se déroule généralement en mai et il est conseillé de contacter les écoles dès janvier pour connaître le programme de révision, les dates de retrait des dossiers. Et après : la puéricultrice peut, l'expérience aidant, préparer un diplôme de cadre de santé pour assurer la surveillance d'un service de pédiatrie (surveillante-chef) ou bien pour enseigner dans une école paramédicale.

Auxiliaire de puériculture


Elle évolue dans différentes implantations : hôpitaux, maternité, structures de garde (crèches, pouponnières, haltes-garderies...), centres de P.M.I. où elle s'occupe de tout-petits.

Bien-être des nouveau-nés, alimentation, hygiène constituent ses principaux pôles d'activités dans les maternités où elle glisse aussi des conseils rassurants aux jeunes mamans. Si elle remarque une anomalie dans le comportement d'un bébé, elle en réfère au pédiatre. Elle est toujours sous la responsabilité d'un supérieur (pédiatre, puéricultrice...) et exerce au sein d'une équipe.

Les horaires sont plus contraignants en services hospitaliers (travail de nuit et certains dimanches et jours fériés). En crèche, elle habille les bébés, les change, leur donne le biberon, aide les plus grands à manger, les console d'un gros chagrin.

Côté éducatif, elle leur apprend à marcher, à être propres, participe à des jeux bien sûr et à des activités d'éveil. Elle suit l'évolution de chaque enfant de son groupe. En P.M.I., son travail est à la fois médical et social : elle accueille et met les familles en confiance, conseille les mères, pèse et mesure les enfants, assiste à la consultation, met les dossiers à jour. Ce métier absorbant nécessite une vigilance constante, le sens des responsabilités et de l'initiative. Il attire beaucoup de candidates... pour des postes en nombre limité. Néanmoins, avec les changements survenus dans la formation (six mois communs au départ avec les aides-soignants), le milieu hospitalier (enfants malades), la néonatalogie s'ouvrent plus à elles.

Formation
Le diplôme professionnel d'auxiliaire de puériculture se prépare en un an dans des écoles spécialisées agréées. Admission sur concours pour des candidates âgées de 17 ans au moins, titulaires du C.A.P. petite enfance, du brevet, du B.E.P. carrières sanitaires et sociales, du B.E.P.A. services (spécialité services aux personnes). Passez plusieurs concours pour augmenter vos chances de réussite ; Certaines écoles se regroupent pour les épreuves de sélection. Renseignez-vous dès février auprès des écoles, inscriptions en mars pour un concours prévu en juin. Les frais de scolarité varient d'une école à l'autre. Des bourses d'État peuvent être accordées par le ministère de l'Emploi et de la Solidarité (s'informer auprès de l'école). Soulignons que pour tout emploi dans un établissement public, le recrutement s'effectue sur concours. Il est possible de devenir aide-soignante en suivant le complément de formation permettant d'accéder à ce diplôme. À savoir : après trois ans d'activité professionnelle, possibilité de passe le concours d'entrée aux Instituts de formation de soins infirmiers (I.F.S.I.) en vue de la préparation au diplôme d'infirmier.

Qui est en ligne ?
Vous devez vous inscrire pour participer

 

Ils sont au top
1
avatar de julju29
julju29
avec 1371 réponses
2
avatar de feralex
feralex
avec 1330 réponses
3
avatar de CIOCOP
CIOCOP
avec 1235 réponses
4
avatar de ptitejads
ptitejads
avec 1177 réponses
5
avatar de Lilygod
Lilygod
avec 910 réponses
6
avatar de Elune
Elune
avec 894 réponses
Accéder directement au site