Masseur-kinésithérapeute

Torticolis, scoliose, entorse, luxation, muscle atrophié après un séjour dans le plâtre, patients atteints de paralysies partielles, de troubles neurologiques, traumatisés à la suite d'un accident de la route, du travail ou du sport, enfants ou personnes âgées souffrant d'affections respiratoires, circulatoires ou rhumatismales... voici une série de situations où le médecin prescrit des séances chez le " kiné ". Ce spécialiste de la rééducation motrice et fonctionnelle met ses compétences au service du mouvement, de la douleur et du handicap. Il adapte ses techniques aux patients et tient compte de leurs capacités physiques. Un jeune ou un sportif de haut niveau récupérera plus vite qu'une personne âgée. Massages répétés, exercices de gymnastique à l'aide d'appareils ou d'objets... c'est à lui de juger ! Il peut aussi utiliser de l'eau, de la chaleur ou des ultrasons dans certains cas pour accélérer le rétablissement du patient. Il donne aussi des conseils pratiques. S'il intervient à des fins esthétiques, hygiéniques ou sportives (relaxation, remise en forme, massages...) c'est sans prescription médicale. De plus, ils sont amenés à se tourner vers les soins préventifs du fait de la restriction des remboursements des actes par la Sécurité sociale et d'une clientèle urbaine portée sur les soins esthétiques. Une bonne résistance physique, une grande sûreté manuelle, le sens des relations humaines s'imposent dans ce métier où vous côtoyez aussi des patients atteints de maladies très graves. Les " kinés " exercent en majorité à titre libéral en cabinet individuel ou en cabinet de groupe. Les grandes villes, les stations climatiques et thermales regorgent de kinés tandis que l'exercice salarié ne progresse guère dans les établissements hospitaliers publics et privés. 7 % des kinés pratiquent à la fois en libéral et en salarié.

Formations
Le D.E. de masseur-kinésithérapeute se prépare en trois ans dans des instituts de formation publics et privés agréés. L'admission se fait sur concours (trois épreuves écrites : biologie, physique, chimie) très sélectif (5 % de réussite) ouvert aux candidats âgés de 17 ans minimum, titulaires du baccalauréat S ou d'un titre équivalent ou justifiant de cinq ans d'expérience professionnelle. Le concours se déroulant en avril ou en mai, l'inscription auprès de l'institut se fait en janvier-février. La préparation au concours frise l'obligation (1 % de simples bacheliers sont reçus) même si elle ne garantit pas le succès et coûte cher. Des préparations au concours sont organisées par correspondance, par des établissements privés aux tarifs élevés, par certaines universités (se renseigner auprès de la cellule d'information). Signalons la prépa très sélective de Paris VI, Faculté de médecine de Pitié-Salpétrière, tél. 01 44 27 58 49. À noter : six instituts (Besançon, Bordeaux, Dijon, Lyon, Nice, Vichy) exigent que les postulants à leurs concours s'inscrivent en première année d'études de médecine (P.C.E.M. 1). Les admissions en première année sont soumises à un numerus clausus. Les études sont organisées en modules : en première année : quatre modules + un stage ; en seconde et troisième années : douze modules et plusieurs stages. Des examens de passage se déroulent en fin de première et seconde années. Les études sont gratuites dans certains instituts publics (sauf frais d'inscription), mais la majorité des instituts sont privés et les frais d'études y sont bien plus élevés que dans le public. Des bourses d'État peuvent être attribuées à certains candidats en situation très difficile. Le formulaire est à retirer au siège de l'institut et sera remis lors de l'inscription définitive. Les kinésithérapeutes peuvent ensuite se spécialiser. Beaucoup de formations ont été créées à cet effet. En voici quelques-unes : . D.U. " sport et santé " (Paris XIII, Angers, Université Antilles-Guyane). . D.U. " réhabilitation gériatrique ", " psychologie médicale " (Saint-Étienne). . D.U. " kinésithérapie respiratoire et cardio-vasculaire " et " rééducation neurologique " (Paris V). . D.U. " soins palliatifs et d'accompagnement " (Bordeaux II). . Attestation universitaire en kinésithérapie du sport (U.F.R. de Paris XIII). Possibilité de passer le diplôme de cadre de santé en masso-kinésithérapie après quatre ans d'activité professionnelle. Signalons que quatre établissements privés accueillent des aveugles et déficients visuels : - Institut de formation en masso-kinésithérapie pour déficients de la vue, 20, rue Valentin-Haüy, B.P. 1005, 69613 Villeurbanne, tél. 04 78 84 74 71. - Institut de formation en kinésithérapie, Association Valentin-Haüy, 5, rue Duroc, 75343 Paris Cedex 07, tél. 01 44 49 27 27. - Institut de formation en kinésithérapie du centre A.P.S.A.H., 68 B, rue du Pont-Saint-Martial, 87000 Limoges, tél. 05 55 33 10 10. - Institut de formation en kinésithérapie, Centre Paul-et-Liliane-Guinot, 24-26, boulevard Chastenet-de-Géry, 94814 Villejuif Cedex, tél. 01 46 78 01 00.

Les formations pour devenir Masseur-kinésithérapeute

Qui est en ligne ?
Vous devez vous inscrire pour participer

 

Ils sont au top
1
avatar de julju29
julju29
avec 1371 réponses
2
avatar de feralex
feralex
avec 1330 réponses
3
avatar de CIOCOP
CIOCOP
avec 1235 réponses
4
avatar de ptitejads
ptitejads
avec 1177 réponses
5
avatar de Lilygod
Lilygod
avec 910 réponses
6
avatar de Elune
Elune
avec 894 réponses
Accéder directement au site