LES METIERS LIÉS AUX ANIMAUX

LES METIERS LIÉS AUX ANIMAUX

De nombreux métiers permettent de s'occuper d'animaux. c'est, en premier lieu, l'amour des animaux qui pousse les jeunes à devenir éleveur, lad jockey, entraîneur, maître-chien, toiletteur canin, vétérinaire...


Mais cela ne suffit pas. Élever, entraîner, dresser ou soigner des animaux implique une formation pour acquérir les compétences et les techniques nécessaires ainsi qu'une meilleure connaissance de nos amies les bêtes et de leur comportement. Toutefois, les formations s'avèrent de plus en plus sélectives et les débouchés restreints. Réussir dans ces conditions à transformer sa passion des animaux en métier c'est faire preuve de motivation et de détermination.



Notre dossier s'articule autour de :



  • L'élevage

  • Le cheval pour passion

  • Les animaux de compagnie

  • La protection de la faune

  • La santé des animaux et les soins d'urgence



L'élevage


Trop de crises, trop de disparités de revenus selon les exploitations agricoles. Bovin porcin, ovin, caprin, avicole… l'élevage se décline suivant les bêtes concernées ; on distingue ; les élevages traditionnels fortement mécanisés maintenant et dépendant du sol (les bêtes évoluent le plus longtemps possible dans les pâturages et une partie de leur alimentation provient de l'exploitation) et les élevages intensifs qui se pratiquent hors sol (porcs, poulets, dindes… évoluent dans des bâtiments aménagés et très automatisés). Si les exploitations sont plus grandes, par contre le nombre d'éleveurs tend à régresser.


Certains éleveurs se lancent dans l'élevage des petits animaux (lapins, faisans, cailles, abeilles, vers à soie, escargots…) ou dans un élevage « rare » comme bisons, visons, autruches, lamas ou alpagas… en complément d'un autre élevage ou de la culture des terres. Qui ne tente rien n'a rien ! L'élevage est plutôt un secteur en crise et celle de la « vache folle » n'arrange rien, qu'il s'agisse des revenus ou du moral.


Certains envisagent une reconversion. Quand les bovins sont moins concernés, c'est le cours du porc qui s'effondre ou la fièvre aphteuse qui prend le relais ! En outre, cette activité nécessite de lourds investissements en matériel pour suivre les évolutions techniques (les impératifs de productivité dans les élevages industriels ont engendré des modifications en stratégie commerciale et en personnel qualifié) et mieux vaut être en mesure d'effectuer les remboursements.



Marques, labels, appellations d'origine contrôlées (A.O.C.)… l'éleveur mise désormais sur la qualité (goût, sécurité des aliments) pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs. Cela permet de vendre plus cher et de se rapprocher ainsi des objectifs de rentabilité. Il est amené à jouer la diversification ou la complémentarité (séjours à la ferme, production du terroir…) pour améliorer ses revenus et continuer à vivre.


Certains se tournent vers l'élevage biologique. À noter que des préparations à dominante « bio » sont ouvertes et s'adressent à des jeunes en formation initiale ou à des adultes avec expérience professionnelle. Des informations sont données par le C.N.R.A.B.C. (Centre national des ressources en agriculture biologique), E.P.L.E.A. Brioude, Bonnefont, 43100 Fontanne (tél. 04 71 74 57 77) et le Réseau FORMABIO, J.- M. Morin, C.F.P.P.A. Rennes, Le Rheu, B.P. 25, 35651 Le Rheu Cedex (tél. 02 99 6087 77). Les professionnels de l'élevage évoluent avec les techniques modernes et se montrent des techniciens et des gestionnaires avisés… et les niveaux de qualification progressent : du C.A.P.A. au B.T.S.A. principalement (et même au-delà).


L'éleveur ou l'exploitant agricole (gérant) peut avoir un (voire plusieurs) salarié(s) (employé d'élevage) ; il peut avoir recours à différents spécialistes pour le conseiller sur le plan technique, commercial ou sanitaire (inséminateur, technicien d'élevage, technico-commercial en alimentation animale). Pour les soins, il fait appel au vétérinaire ; un technicien des services vétérinaires vient parfois lui rendre visite.



Le cheval pour passion : les différents milieux et métiers


Chevaux de course (pur sang, trotteurs), chevaux de selle, poneys, chevaux de trait… on compte, toutes races confondues, quelque 500 000 chevaux dans l'hexagone. Les activités se situent dans l'élevage et les soins (éleveur, palefrenier), les courses (lad jockey, lad driver, jockey, cadres d'écurie, entraîneur), l'enseignement- perfectionnement dans les centres équestres, les haras nationaux, le tourisme équestre. Se faire une place dans le milieu du cheval ressemble à une mission impossible tant le recrutement est rare. Les débouchés sont vraiment insuffisants pour absorber les demandes. Les conditions de travail sont dures pour des emplois plutôt précaires et des salaires très modestes. Pour tenter d'y faire leur trou, les jeunes devront faire preuve de persévérance et de motivation, se doter d'une solide formation, lier des relations et compter notamment sur la chance. Il est plus facile de maintenir sa passion du cheval à l'état sport équestre de loisir par exemple que de vouloir en vivre.



Les animaux de compagnie


Élevage, soins, dressage, vente… Quelque 8 millions de chats, presque autant de chiens sans oublier les oiseaux, poissons, tortues, reptiles, petits rongeurs et autres… partagent notre existence. Bien des jeunes souhaitent s'occuper en permanence de nos chers compagnons et d'en faire leur gagne pain.

Malheureusement, les métiers en relation avec les animaux familiers ne présentent que peu de débouchés. Toiletteurs, éleveurs canins, maîtres-chiens, vendeurs animaliers devront sortir leurs griffes pour réussir, montrer leurs compétences techniques, avoir le sens des affaires pour s'installer à leur compte (pour certains).


Ces métiers ne s'improvisent pas et son accessibles pour acquérir techniques et qualités indispensables avec des formations diverses : C.A.P.- B.E.P., B.E.P.A., B.T.A., B.T.S.A. ou des formations spécifiques au dressage de chiens dans l'armée, la gendarmerie, la police.



La protection de la faune


La défense de l'environnement reste un sujet d'actualité, notamment la protection de la nature, de la faune et de la flore. De nombreuses espèces animales sont en voie de disparition ; il s'agit donc de les protéger, de les préserver pour leur permettre de continuer à vivre et à se reproduire dans leur milieu naturel ou dans des lieux aménagés pour eux (zoo, parcs, réserves…).


L'aspect protection/sauvegarde des animaux plus plein air séduit beaucoup de jeunes… pour très peu d'emplois hélas. Les élus découvriront que le côté « administratif » pèse lourd par rapport au terrain. Chercheurs, techniciens, gardes ou soigneurs sont recrutés sur concours à l'échelon national ou local au rythme d'un à plusieurs postes par an !


Quant aux associations et organismes de protection de la nature, elles accueillent surtout des bénévoles (avec des connaissances pointues en zoologie ou botanique) et quelques saisonniers.



La santé des animaux et les soins d'urgence


C'est le travail du vétérinaire. Le vétérinaire fait office de médecin, chirurgien, pharmacien, dentiste… mais après s'être frotté à des années d'études longues et sélectives. La profession évolue : le cheptel régresse, mais le « véto » est davantage sollicité pour les animaux de compagnie et d'autres opportunités s'offrent à lui : industries pharmaceutiques et agroalimentaires, biotechnologies… Pour l'auxiliaire vétérinaire, les études sont moins poussées (B.E.P. au moins et deux années de formation), il s'attelle au travail administratif, assiste le « véto » lors des opérations.



Voici quelques métiers représentatifs pour les différents secteurs d'activité dont nous venons de parler :

Questions récentes en rapport :

Auxilliaire vétérinaire
m.tranchant
F / 14 Ans
Peut t-on entrée en formation d auxiliaire vétérinaire avec option équin en ayan...
Pour être soigneur animalier que dois je aprés la 3émé?
newjersey
M / 13 Ans
J ai un papier a rendre avant fin janvier pour savoir si je fais une 3éme généra...
Dresseur de loups
glikou
M / 28 Ans
Bonjour, Je souhaiterais devenir dresseur d'animaux féroces. Quelle formation...
Acceder a la formation de soigneur animalier ( situation personelle et scolaire difficile )
AlexiiaP
F / 16 Ans
Bonjour,je suis agée de 17 ans et je souhaiterais vraiment travailler avec les a...
Soigneur Animalier après un bac ES?
RaGnar.
M / 15 Ans
Bonjour, j'ai fait un bac ES sachant pas quoi faire comme futur métier, mais j'a...
Vous devez vous inscrire pour participer

 

Ils sont au top
1
avatar de feralex
feralex
avec 1398 réponses
2
avatar de lepkducomen
lepkducomen
avec 301 réponses
3
avatar de Jb13007
Jb13007
avec 203 réponses
4
avatar de mixte
mixte
avec 159 réponses
5
avatar de rjeton
rjeton
avec 23 réponses
6
avatar de Alexy43300
Alexy43300
avec 19 réponses
7
avatar de wara434
wara434
avec 19 réponses
Accéder directement au site